Diplomatie féministe

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Qu’est-ce que la « Diplomatie féministe » ?

La France mène une diplomatie féministe. Elle s’attache à ce que l’objectif de l’égalité entre les femmes et les hommes soit intégré dans toutes les problématiques : réduction des inégalités et développement durable, paix et sécurité, défense et promotion des droits fondamentaux, enjeux climatiques et économiques

Les grands axes de la diplomatie féministe française sont décrits dans la Stratégie internationale de la France pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2018-2022) .

La diplomatie féministe en action

Lutter contre les inégalités, une priorité de la présidence française du G7

En 2019, la France a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la priorité de sa présidence du G7. Le Sommet de Biarritz d’août 2019 a permis de mobiliser les pays du G7, autour de nouveaux engagements. Sur la base des propositions du Conseil consultatif pour l’égalité entre les femmes et les hommes, les chefs d’états et de gouvernements du G7 ont notamment lancé le Partenariat de Biarritz, une coalition internationale rassemblant les États membres du G7 et à laquelle peuvent se joindre d’autres pays déterminés à lutter contre les inégalités de genre en adoptant un cadre législatif progressiste.

Mettre en œuvre le Forum Génération Égalité (FGE)

Le Forum Génération Égalité a été le rassemblement féministe mondial le plus important, plus de 25 ans après la dernière conférence mondiale de l’ONU sur les femmes (qui s’est déroulée à Pékin en 1995). Le Forum a été initié par ONU Femmes et co-présidé par la France et le Mexique, en lien avec la société civile et la jeunesse.

Après un lancement à Mexico en mars 2021, le Forum Génération Égalité s’est tenu à Paris du 30 juin au 2 juillet 2021. Il a réuni des chefs d’État et de gouvernement, des dirigeants d’organisations internationales, mais aussi des représentants et représentantes de la société civile, de la jeunesse et du secteur privé pour prendre des engagements historiques et faire progresser durablement l’égalité entre les femmes et les hommes.

Le Forum a permis de lancer un « plan d’accélération mondiale » en matière d’égalité entre les femmes et les hommes qui repose sur une série d’actions concrètes, ambitieuses et transformatrices et comprend des engagements financiers pour un montant de 40 milliards de dollars.

Créer une norme internationale en faveur de l’égalité femmes-hommes

Placé sous le haut patronage du président de la République, un projet de norme internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes a officiellement été lancé à l’initiative de la France le 26 janvier 2021.

Ce projet, porté le ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, et par l’Association française de normalisation (Afnor), s’organise autour de deux phases distinctes :

  • De janvier à juillet 2021, les ministères et l’Afnor ont travaillé conjointement avec une quarantaine d’acteurs du domaine privé et public afin d’élaborer l’AFNOR Spec X30-020, un guide méthodologique qui s’adresse à toutes les organisations publiques et privées – entreprises, associations, collectivités, institutions – qui souhaitent initier ou améliorer leurs actions en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.
  • La seconde étape se déroulera au niveau international entre 2021 et 2023, et aboutira à la création d’une norme de l’Organisation Internationale de Normalisation (ou « norme ISO») en concertation avec 164 pays, dont l’objectif est d’accompagner les pouvoirs publics dans la mise en œuvre du Partenariat de Biarritz pour l’égalité entre les femmes et hommes.

Promouvoir l’égalité lors de la présidence française de l’Union Européenne

En Europe, l’action de la France s’inscrit dans la ligne de la Stratégie en faveur de l’Égalité hommes-femmes 2020-2025 présentée en mars 2020 par la Commission européenne, qui vise à servir de fil conducteur aux actions de l’UE en matière de lutte pour l’Égalité entre les sexes.

La France promeut en outre l’adhésion du plus grand nombre d’États à la convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (dite « Convention d’Istanbul »).  

Le 1er janvier 2022, la France exercera pour six mois la présidence du Conseil de l’Union européenne (PFUE). Des réunions organisées fin 2019 à Prague et à Stockholm ont permis aux représentants du futur Trio de présidences (République tchèque, France et Suède) de faire de la lutte contre les violences sexuelles et sexistes et de l’autonomisation économique des femmes des priorités thématiques partagées.