713 amendes pour outrage sexiste depuis août 2018

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

La France est le premier pays au monde à verbaliser le harcèlement de rue : on comptabilise aujourd’hui 713 contraventions dressées pour « outrage sexiste ».

C’était l’une des dispositions de la loi renforçant la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, c’est aujourd’hui un dispositif actif de protection des femmes. L’outrage sexiste est aujourd’hui activement puni par les forces de l’ordre : 713 amendes ont été dressées en un an par policiers et gendarmes, la grande majorité en flagrant délit, sur tout le territoire français.

Pour rappel, l’outrage sexiste « consiste à imposer à une personne un propos ou un comportement à connotation sexuelle ou sexiste, qui porte atteinte à sa dignité ou l’expose à une situation pénible ». Ces faits sont passibles de 90 à 1 500 euros, en cas de circonstance aggravante, et 3 000 euros en cas de récidive.

Marlène Schiappa salue ce travail des forces de l’ordre et estime : « Il n’est plus permis et ne doit plus être toléré d’invectiver, de suivre, d’humilier les femmes en les harcelant dans la rue, les transports ou l’espace public ! ».