L’autonomisation économique des femmes : clé de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, Conférence des Ministres de l’Egalité. Conférence ministérielle le 31 janvier 2022

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Bien que la part des femmes sur le marché du travail connaisse une évolution notable ces dernières années, l’égalité professionnelle est loin d’être atteinte. Cette conférence ministérielle organisée par la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, en présence des ministres de l’Égalité ainsi que de la Commissaire Helena Dalli, sera le moment de réaffirmer le lien étroit qui existe entre l’autonomisation économique des femmes et la réalisation effective de l’égalité des droits.

Confrérence ministérielle : égalité réelle

Pour sortir de la crise, l’action des États membres de l’Union européenne converge pour soutenir une économie plus forte qui stimule la création d’emplois et favorise les politiques sociales et environnementales. Aussi, l’égalité entre les femmes et les hommes constitue un objectif majeur de l’agenda de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne qui doit se traduire dans tous les aspects des politiques publiques et à tous les niveaux de nos sociétés.

Des barrières persistantes à l’autonomisation économique des femmes

L’égalité entre les femmes et les hommes s’impose non seulement en tant que valeur fondamentale de l’Union mais aussi en tant que moteur de croissance économique, de prospérité et de compétitivité pour l’ensemble de la société.

Qu’il s’agisse de la santé, de l’emploi, de la sécurité ou encore de la protection sociale, les conséquences de la crise sanitaire de la COVID-19 sont encore plus lourdes pour les femmes et les filles. Même s’ils changent de forme avec le temps, des obstacles persistants trouvent leur source dans un déséquilibre structurel : le poids des stéréotypes dans les choix de formation, les difficultés dans l’articulation des temps de vie, les plafonds de verre sur le marché du travail, les discriminations ou encore les violences psychologiques.

Or, l’autonomisation économique conditionne la liberté de choix des femmes dans tous les domaines de leur vie. En même temps qu’elle les arme pour lutter contre les obstacles et les violences qui leur sont faites, elle est la clé de la valorisation de leur véritable potentiel et de leur indépendance. Ainsi, au-delà des critères quantitatifs, les politiques de l’emploi doivent permettre de surmonter ces barrières persistantes auxquels les femmes sont confrontées.

Réaffirmer le lien étroit qui existe entre l’autonomisation économique des femmes et la réalisation effective de l’égalité des droits

La Présidence française du Conseil de l’Union européenne est le moment de réaffirmer le lien étroit qui existe entre l’autonomisation économique des femmes et la réalisation effective de l’égalité des droits.

Dans un contexte d’écarts salariaux persistants entre les femmes et les hommes dans l’Union, la Présidence française s’attachera à faire progresser les négociations dans le cadre des trilogues sur la proposition de directive visant à renforcer l’application du principe de l’égalité des rémunérations entre hommes et femmes pour un même travail ou un travail de même valeur par la transparence des rémunérations et les mécanismes d’exécution afin de renforcer l’accès à l’information sur les salaires. Par ailleurs, la présidence s’attachera à faire progresser les discussions sur la proposition de directive relative à un meilleur équilibre hommes‑femmes dans les conseils d’administration.

Dans ce contexte, la conférence ministérielle réunit à distance les ministres des États membres chargés de l’égalité entre les femmes et les hommes, en présence à Paris de la Commissaire européenne Helena Dalli chargée de l’égalité ainsi que de la directrice de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE).

Les participants seront invités à s’exprimer sur la mise en œuvre du second pilier de la stratégie de la Commission européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes, qui vise à « mener une vie prospère dans une économie fondée sur l’égalité entre les femmes et les hommes » et identifie quatre axes stratégiques pour atteindre cet objectif :

  • Combler les écarts entre les femmes et les hommes sur le marché du travail ;
  • Parvenir à une participation égale dans les différents secteurs de l’économie ;
  • Remédier à l’écart de rémunération et de retraite entre les femmes et les hommes ;
  • Combler l’écart entre les femmes et les hommes en matière de prise en charge des responsabilités familiales.

Les ministres seront invités à identifier des leviers d’actions pour garantir l’égalité dans la vie professionnelle des femmes, condition de leur égalité réelle.