Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple 2017

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Pour la douzième année consécutive, la délégation aux victimes, structure commune à la police et à la gendarmerie nationales, en charge notamment du suivi de la thématique des violences intra-familiales, a recensé pour le ministère de l’Intérieur les morts violentes survenues au sein du couple.

En France, au cours de l’année 2017, 151 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie (conjoint, concubin, pacsé ou « ex » dans les trois catégories).

De l’étude, il ressort :

130 femmes sont décédées en une année, victimes de leur compagnon ou ex-compagnon.

21 hommes sont décédés, victimes de leur compagne, compagnon ou ex-compagne.

25 enfants sont également décédés concomitamment à l’homicide de leur père et/ou mère.

Ces chiffres sont en légère hausse, ils restent élevés et préoccupants. Il y a une forme de régularité glaçante depuis des années. le gouvernement met tout en œuvre pour qu’enfin ces chiffres baissent, mais il ne pourra pas tout tout seul. Il faut que la société dans son ensemble s’en empare, ouvre les yeux et que les témoins agissent: quand on est témoin d’un cambriolage, on appelle la police. Il faut que le réflexe soit le même lorsqu’on est témoin de violences envers une femme.

A consulter :

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple (année 2017)