Étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple – Année 2016

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, et Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, ont pris connaissance de l’étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple pour l’année 2016, établie par la Direction Générale de la Police Nationale, la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale et la Délégation Aux Victimes.

  • 138 personnes sont décédées en 2016, victimes de la violence de leurs partenaires ou ex-partenaires [conjoint(e)s, concubin(e)s, pacsé(e)s] (contre 143 en 2014 et 136 en 2015).
  • 109 d’entre elles sont des femmes, soit 79 %.
  • 25 enfants ont également été les victimes de ces violences.
  • Près de 80% des auteurs de ces homicides sont des hommes.

En 2016, une femme meurt tous les trois jours du fait de la violence de son conjoint ou ex conjoint.

En incluant les suicides des auteurs et les homicides de victimes collatérales, le nombre total de décès occasionnés par ces violences s’élève à 196 personnes en 2016 (- 4 personnes par rapport à 2015).

Ces chiffres illustrent une nouvelle fois la difficulté à faire reculer cette forme de violence, en dépit de l’engagement marqué des services de police et de gendarmerie, à travers notamment les « brigades de protection des familles », et de l’ensemble des acteurs (Justice, services de l’État, collectivités territoriales, associations, intervenants sociaux, …). C’est pourquoi le Premier ministre a mis l’accent sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans la lettre de mission qu’il a adressée cet été à Marlène Schiappa qui viendra renforcer la coordination avec les services du ministère de l’Intérieur. Ces drames s’inscrivent trop souvent dans un contexte de violences préexistant qu’il est nécessaire de repérer le plus en amont possible afin de le faire cesser. Il est également essentiel de protéger les enfants pour qu’ils ne soient pas témoins et ne reproduisent pas plus tard ce qu’ils ont vécu.

Le Gouvernement réaffirme sa totale détermination pour combattre ces violences insupportables, notamment au travers du 5e plan triennal de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019) et du 1er plan triennal interministériel de lutte contre les violences faites aux enfants (2017-2019).

La prévention, la sensibilisation la plus large sur ces situations mais aussi la protection des victimes, notamment grâce au renforcement du dispositif « Téléphone Grave danger » déployé par le ministère de la Justice, qui a fait ses preuves et sauvé des vies, sont des priorités absolues pour l’État.

Gérard Collomb et Marlène Schiappa s’engagent tous deux dans la grande cause du quinquennat qu’est l’égalité entre les femmes et les hommes, sur laquelle des initiatives interviendront prochainement.

Pour consulter l’étude annuelle : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/etude-nationale-sur-les-morts-violentes-au-sein-du-couple/