« Alerte Excision » : protéger les adolescentes des risques de mutilations sexuelles

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Les grandes vacances sont la période où les risques de mutilations sexuelles féminines sont les plus accrues : sous prétexte d’un voyage dans le pays d’origine de leurs parents, de nombreuses adolescentes se retrouvent victimes d’excision. Marlène Schiappa rappelle son soutien à l’association « Excision parlons-en » qui mène depuis mars une campagne de prévention à destination des adolescent.e.s de 12 à 18 ans.

Mutilations sexuelles féminines, de quoi s’agit-il ?

Les mutilations sexuelles concernent toute intervention pratiquée sur les organes sexuels externes féminins, sans raison médicale dont, notamment :

  • L’excision : c’est l’ablation totale ou partielle du gland du clitoris et des petites lèvres.
  • L’infibulation : c’est l’ablation totale ou partielle du gland du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres. Les deux côtés de la vulve sont alors cousus bord à bord ou accolés de telle façon qu’il ne subsiste qu’une minuscule ouverture pour l’écoulement des urines et des règles. La vulve laisse place à une cicatrice très dure, qu’il faudra inciser au moment d’un rapport sexuel et/ou de l’accouchement.

Les mutilations sexuelles féminines sont une violation des droits fondamentaux des filles et des femmes. Elles sont une atteinte à leur intégrité physique et psychologique et à leur santé.

Chiffres clés

  • En France, 3 adolescentes sur 10 dont les parents sont issus de pays pratiquant traditionnellement l’excision sont menacées de Mutilations Sexuelles Féminines (MSF).
  • On estime que 53 000 femmes adultes excisées vivent actuellement en France.
  • Bien que le nombre exact de victimes dans le monde ne soit pas connu, au moins 200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation sexuelle dans les 30 pays les plus concernés.
  • Parmi ces victimes, 44 millions sont des filles âgées de moins de 15 ans.

« Alerte Excision » : lancement d’une campagne inédite de prévention à destination des adolescent.e.s de 12 à 18 ans
 

Pour la première fois en France, une campagne est spécialement destinée aux adolescent-e-s à risque. Excision, parlons-en !, ses adhérents et son partenaire le Centre Hubertine Auclert ont choisi de s’adresser directement aux adolescentes afin de protéger un public jusque-là ignoré des campagnes de prévention.

La campagne « Alerte Excision » permettra à ces dernières de s’identifier comme étant à risque, d’être conseillées et d’avoir accès aux numéros de téléphone et adresses des associations susceptibles de les protéger.

En savoir plus : consulter le dossier de presse

Que dit la loi ?

  • En France, la loi protège tous les enfants qui vivent sur son territoire, quelle que soit leur nationalité.
  • La loi française s’applique à l’acte commis à l’étranger si la victime est française ou si elle est étrangère et réside habituellement en France.
  • La victime peut porter plainte jusqu’à 20 ans après sa majorité, soit jusqu’à l’âge de 38 ans, pour condamner ces violences devant la justice française.

En savoir plus sur la loi et les sanctions encourues

Que faire si vous ou une de vos connaissances êtes menacée d’excision

  • En cas d’urgence, appelez le 17 (police-gendarmerie) ou le 112 à partir d’un portable.
  • Téléphonez au 119 (Numéro national concernant l’enfance en danger, fonctionnant 24 heures/sur 24, tous les jours, anonyme et gratuit) qui vous écoutera, vous renseignera et alertera les services de protection de l’enfance.


En savoir plus

Le site stop-violences consacre un dossier sur les mutilations sexuelles.

Sur les réseaux sociaux