Remise de la médaille de l’égalité à Miss France 2022 : discours d’Élisabeth Moreno

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

 

Le 15 décembre 2021

Discours de Madame Élisabeth Moreno,
Ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances

Seul le prononcé fait foi

Elisabeth Moreno et Miss France

Mesdames et messieurs les parlementaires,
Chère Alexia Laroche-Joubert,
Chère Sylvie Tellier,
Chère Diane Leyre, Miss France 2022,
Mesdames et messieurs,

Quel bonheur de vous accueillir au ministère chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances.

Ce ministère est le vôtre.

Vous êtes ici chez vous.

Nous sommes aujourd’hui réunis pour une cérémonie qui me tient particulièrement à coeur.

Et pour cause, vous remettre aujourd’hui, chère Diane, chère Miss France, la médaille de l’Égalité est un symbole fort.

Que n’ai-je entendu depuis que j’ai proposé de vous remettre cette médaille de l’Égalité….

Que de critiques stériles qui me poussent à croire que certains pensent encore que le féminisme est une valeur qui ne doit être partagée que dans les milieux autorisés.

Que le féminisme ne peut être populaire, que le féminisme ne peut être véhiculé que par des vecteurs connus et reconnus et ne pas sortir de ce cercle établi.

Et pourtant, je vous ai entendue, chère Diane, quand vous avez déclaré : « Je veux représenter la femme française de 2022, une femme forte, libre, engagée et fière d’être féministe et Miss France ».

Le féminisme n’est ni plus ni moins que qu’atteindre l’égalité concrète et réelle entre les femmes et les hommes.

Le féminisme n’attend pas le nombre des années.

Et le féminisme est pluriel.

Il est l’affaire de chacun et l’affaire de tous.

L’affaire de chacun ; car il s’agit d’une responsabilité individuelle.

L’affaire de tous ; car c’est toute notre société qui doit être mobilisée.

Je me garderais bien, à ma place, de donner à quiconque des leçons de féminisme.

Ce n’est pas mon rôle.

Néanmoins, je considère que Miss France doit, dans notre société contemporaine, incarner la liberté, l’émancipation et devenir un symbole d’égalité.

Nous ne sommes plus au siècle passé.

Nous ne sommes plus en 1920 ; date de la création de ce concours.

Miss France, plus belle de nos concitoyennes, élue par les Françaises et les Français, rôle modèle, doit être à l’avant-garde du combat féministe ; à la pointe du combat contre le patriarcat.

Ce n’est pas un effet de mode ; c’est un devoir, c’est une responsabilité.

OUI, Miss France – comme l’immense majorité des femmes de notre pays – peut conjuguer vies professionnelle et personnelle.

OUI, Miss France doit être à l’image de nos compatriotes.

NON, elle ne peut demeurer enfermée dans une image d’Épinal en noir et blanc.

Pour paraphraser Simone DE BEAUVOIR : on ne naît pas engagé, on le devient.

Miss France qui fait déjà rêver tant de petites filles et qui met des étoiles dans les yeux de tant de femmes peut aussi être un modèle d’inspiration pour l’émancipation de toutes les femmes de notre pays.

Et cela commence par vous chère Miss France 2022.

Car j’avouer, chère Diane, l’émotion que j’ai ressentie lorsque, au lendemain de votre couronnement, vous avez dit : « Décider de prendre le pouvoir sur sa vie, c’est ça être féministe ».

Et je ne peux être plus en accord qu’avec vous.

A l’heure où la jeunesse de notre pays est si engagée sur les sujets d’égalité, j’ai l’intime conviction que les Miss France de demain seront engagées ou ne seront plus.

Vous représentez un véritable symbole et votre engagement féministe est précieux pour la cause des femmes.

Car les violences sexistes et sexuelles restent une réalité dans notre pays.

Tout comme le sexisme ainsi que les inégalités salariales aussi.

J’avais été très agréablement surprise, lors de mon déplacement à Caen, de voir l’engagement de l’ensemble des candidates sur les sujets d’égalité entre les femmes et les hommes.

Le combat pour les droits des femmes – malgré les progrès accomplis ces dernières années – n’est pas une parenthèse refermée.

Le concours Miss France doit porter un message d’engagement. Un message fort.

Et il doit épouser l’évolution de notre époque.

Il doit valoriser les femmes non plus seulement pour leur simple plastique mais aussi pour leur engagement, leur force, leur courage et leur intelligence.

Je sais que vous vous êtes amusée de mon qualificatif d’ « has been » à propos des critères de sélections et je sais que nous allons les transformer, ensemble.

Qui sait peut-être même qu’un jour une femme trans pourra y participer.

Qui sait peut-même même qu’un jour une femme mariée pourra y participer.

Et peut-être qu’enfin on comprendra qu’un mari peut suivre sa femme dans ses développements de carrière.

Chère Diane, je vous remets donc aujourd’hui cette médaille de l’Égalité.

Elle représente pour notre beau ministère une distinction particulière : celle de ces Françaises et de ces Français qui part leur travail, par leur quotidien, par leur rencontre, par leurs engagements associatifs, politiques ou sportifs, font la promotion de l’Égalité avec un « E » majuscule.

Il s’agit à la fois d’un honneur et d’une responsabilité qui nous oblige.

Je vous fais confiance pour honorer cette distinction en portant les valeurs d’une société plus juste et plus égalitaire que nous appelons tous de nos voeux.

Et cela partout où nos aurons la chance de vous voir serez représenter notre pays, l’Ile de France et toutes nos belles régions.

Je vous remercie.