Parution d’une étude sur les violences faites aux femmes dans les transports collectifs

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Le secrétariat d’Etat chargé des Transports a conduit une étude exploratoire sur les violences faites aux femmes dans les transports collectifs dont il publie aujourd’hui une synthèse.

Fondée sur une approche quantitative et qualitative, cette étude a permis de mesurer le phénomène et d’évaluer l’impact des violences vécues ou perçues sur le comportement de mobilité des femmes.

Il en ressort notamment que si les femmes sont moins victimes d’atteintes à l’intégrité physique que les hommes, le sentiment d’insécurité qu’elles éprouvent est, en revanche, nettement plus important.

Ce sentiment d’insécurité exprimé par les femmes peut s’expliquer par le harcèlement quotidien qu’elles subissent, la drague insistante ou les commentaires sexistes qui échappent aux recensements statistiques. Ces faits, qui renforcent leurs inquiétudes, provoquent chez elles des réactions de vigilance ou d’évitement. En effet, l’étude révèle que les femmes contournent les lignes de transport qu’elles estiment dangereuses, évitent de voyager seules la nuit ou adaptent leur tenue vestimentaire.

Plusieurs pistes d’actions sont proposées par cette étude, et en particulier le développement des marches exploratoires sur la sécurité des femmes dans les transports, concept né au Canada il y a 25 ans et qui a fait ses preuves dans de nombreux pays. Cette démarche repose sur l’action participative de groupes de femmes qui parcourent un secteur donné afin d’identifier les espaces générateurs d’insécurité. Un rapport d’enquête rassemblant les recommandations faites par ces femmes est ensuite transmis aux pouvoirs publics.

Un autre levier d’action consiste à mener des opérations de sensibilisation au harcèlement sexuel et aux comportements sexistes intimidants auprès des voyageurs et des plus jeunes, sous forme d’interventions dans les établissements scolaires ou de campagnes de communication dans les transports.

Ces premières préconisations sont actuellement analysées par le groupe de travail sur les violences faites aux femmes dans les transports, lancé lors de la réunion du Comité national de la sécurité dans les transports en commun (CNSTC) du 16 décembre 2014. Ce groupe de travail réunit le ministère de l’Intérieur, le secrétariat d’Etat chargé des Droits des femmes, le secrétariat d’Etat chargé des Transports, les opérateurs de transports ainsi que les représentants des autorités organisatrices des transports.

Les conclusions de ce groupe de travail seront rendues à la fin du premier semestre 2015.

Contacts presse :
Cabinet d’Alain Vidalies : 01 40 81 77 57 secretariat.presse-transports@developpement-durable.gouv.fr
Cabinet de Pascale Boistard : 01 40 56 75 78 cab-ddf-presse@www.famille-enfance-droitsdesfemmes.gouv.fr