Le Plan Régional d’Action de promotion de l’entrepreunariat des femmes

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Rencontre des femmes entrepreneures en Bretagne
L’Etat, le Conseil Régional de Bretagne et la Caisse des dépôts ont décidé de soutenir conjointement les femmes dans leur démarche entrepreneuriale.

Afin de faire progresser leur nombre dans un objectif partagé d’égalité professionnelle, et de contribuer à la croissance et à la création d’emplois L’Etat, le Conseil Régional de Bretagne et la Caisse des dépôts ont décidé de soutenir conjointement les femmes dans leur démarche entrepreneuriale.

Un Plan régional d’actions de promotion de l’entrepreunariat des femmes (PAR) a été élaboré suivant trois axes :
Axe 1 : communication et promotion de l’entrepreunariat au féminin en Bretagne
Axe 2 : mise en réseau des femmes afin de sensibiliser, dynamiser et promouvoir l’entrepreneuriat au féminin en Bretagne
Axe 3 : promouvoir l’esprit d’entreprendre et favoriser le retour à l’emploi ou le développement de carrière par la création d’entreprise

La rencontre «femmes entrepreuneures en Bretagne » a été organisée dans ce cadre le 21 juin dernier avec la remise du Concours Femmes entrepreneures en Bretagne.

Cinq lauréates récompensées

Pour la 2e année consécutive, l’Etat, le Conseil régional, la Caisse des Dépôts et
4 partenaires du monde économique, la SAUR, KPMG, la Banque populaire de l’ouest et Bretagne Active, ont choisi de mettre à l’honneur l’entrepreneuriat féminin en récompensant 5 dirigeantes : 4 pour la création récente de leur entreprise, et la 5ème, pour son expérience, sa réussite à plus long terme et son exemplarité. Chacune s’est vue remettre, ce jour, un prix d’un montant de 3 000 € en présence de la marraine de l’opération ; Clémentine Gallet Hamlyn, dirigenate de l’entreprise Coriolis Composites à Quéven.

Marraine de l’opération 2012
Clémentine Gallet-Hamlyn- Coriolis Composites à Quéven

A 38 ans, Clémentine Gallet-Hamlyn gère son entreprise avec un enthousiasme et un dynamisme inépuisables. Pourtant, il y a 15 ans, le succès n’était pas acquis.

En 1996, Clémentine termine ses études en architecture navale. Avec deux amis ingénieurs, Alexandre Hamlyn (qui deviendra son mari) et Yvan Hardy, elle constate que les coques de bateau sont construites manuellement. Les 3 ingénieurs cherchent alors un moyen de mécaniser cette technique… et le trouvent.

Après avoir essuyé quelques échecs auprès des banques, Clémentine persévère et réussit finalement à créer une unité de recherche en 2001. Il faudra encore être patient pour voir venir la première commande, en 2005. Il s’agit d’Airbus, géant de l’aéronautique. C’est alors le début d’une longue aventure commerciale à l’échelle internationale. En effet, suivront EADS, Dassault, Bombardier, Eurocopter…

Aujourd’hui, Coriolis Composites développe et commercialise des robots qui fabriquent en série des pièces composites. Unique entreprise en France à proposer cette technologie innovante, elle a du répondre à une demande en hausse de +30% entre 2007 et 2012.

A la tête de 65 salariés, la dirigeante a ouvert 3 filiales à Munich (Allemagne), Bristol (Angleterre) et Montréal (Canada). Coriolis Composites est en phase de diversification de ses secteurs  d’activité, notamment auprès du secteur automobile. La jeune femme espère, si tout se passe bien, recruter de 100 à 150 personnes supplémentaires et passer en ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire) d’ici 2016.

 

4 Prix jeunes entreprises

Blandine GROSIER-MIDY – Le Safran d’Armor à PLUDUAL (22)
Création en 2009

Production de safran, confitures et gelées safranées, chocolats… et, prochainement, savons. L’entreprise est fournisseur officiel d’Yves Rocher. Ses produits sont aussi commercialisés en grandes surfaces, épiceries fines, magasins de produits régionaux et marchés.

Audrey GRUEL – Le lien gourmand à SAINT THURIAL (35)
4 personnes – Entreprise adaptée créée en Scop début 2011

Distribution de produits alimentaires saisonniers, fournis par 45 producteurs locaux et régionaux et diffusés en circuits courts, auprès des collectivités, cantines scolaires, restauration collective et traditionnelle, particuliers. Egalement commerce de proximité et traiteur.

Stéphanie SEZNEC – Britanie à SAINT MALO
3 personnes – Création fin 2010

Conception et commercialisation de cosmétiques à forte identité bretonne, certifiés bio (labels Ecocert et Cosmébio) et fabriqués, dans la mesure du possible, à partir de produits locaux.

Emmanuelle GUILLAUDEUX – Les jardins d’Emile à CESSON SEVIGNE (35)

18 personnes – Création en 2009

Réseau de 4 micro crèches dans le pays de Rennes (10 enfants de 3 mois à 4 ans par site), axé sur la qualité environnementale, la pédagogie inter active, et le développement durable : couches lavables, produits écologiques, alimentation bio…

Prix du jury

Béatrice CORNIC – Espace pur à PONT L’ABBE
5 personnes – Création en 1997

A partir d’une technique STABIPLAGE, à base d’ouvrages en géosynthétique, création naturelle de plages pour enrayer l’érosion et stabiliser le trait de côte, consolidation de cordons dunaires, protection d’infrastructures (routes, bâtiments…). Ouverture d’une filiale aux Caraïbes.

Les six prix leur ont été remis, le 21 juin, par Michel CADOT, Préfet de Région, Loïg CHESNAIS-GIRARD, Président de la commission économie du Conseil régional, Loïc ROLLAND, Directeur régional de la Caisse des dépôts, Anne DEBAGNEUX, Directrice de la SAUR Région Ouest, François CHATEL, Directeur régional délégué de KPMG, Cédric GLORIEUX, Directeur du développement de la Banque populaire de l’Ouest, et Alain BAZANTAY, Président de Bretagne Active, en présence de Clémentine GALLET, marraine du concours et dirigeante de Coriolis Composites à Quéven.

Les femmes ne représentent à ce jour, en France, qu’un tiers des créateurs d’entreprises. L’enjeu de ce concours régional est donc de valoriser des projets de femmes entrepreneures, de faire connaître leur parcours gagnant pour communiquer, au plus grand nombre, le goût d’entreprendre. Les partenaires du concours sont tous mobilisés : chacun, dans sa propre organisation, s’est engagé en faveur des droits des femmes et de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes.

Des chiffres qui en disent long sur les inégalités en Bretagne comme ailleurs…

  • salaires des femmes inférieurs de 20 à 30% à ceux des hommes,
  • emplois partiels occupés à 83% par des femmes,
  • postes peu qualifiés en grande majorité et dans des secteurs difficiles (agroalimentaire, hôtellerie-restauration, grande distribution…),
  • précarité des emplois (augmentation des contrats en intérim, des temps partiels subis…),
  • pauvreté: 80 % des travailleurs pauvres sont des femmes…

Depuis le 31 mars, date limite du dépôt des candidatures, un jury, composé de 9 représentants des partenaires du concours, s’est réuni pour déterminer les 5 lauréates parmi les 95 dossiers déposés.

Cette remise des prix a été précédée, dans l’après-midi, de forums ouverts à tous (forum des initiatives et espace Jeunes) qui ont rassemblé les partenaires du monde économique, de l’économie sociale et solidaire, les spécialistes de l’accompagnement vers la création d’entreprises. Deux présentation d’études sur l’entrepeunariat ainsi qu’ une table ronde rassemblant les lauréates du prix femmes entrepreuneures ont permis de partager avec un large public la diversité et la richesse des parcours des femmes vers l’entrepreunariat.

 

Intermèdes en musique

Femmes musiciennes, créatrices et entrepreneures elles-aussi

En ce 21 juin, jour de la Fête de la musique, la cérémonie de remise des prix de ce jour a été ponctuée de deux intermèdes musicaux.

Avec Laëtitia Shériff< et une pop légère, aérienne, un brin mélancolique et un voyage musical, et du baroque au jazz avec l’ensemble de musique de chambre LYRA Catherine Lucquin (violon) et Elisabeth ALLAIN (guitare et contrebasse) et Aline Jalliet, chanteuse lyrique.