Discours de Pascale Boistard à l’occasion de la remise du prix de la diversité (27/10/15)

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le maire du 4e arrondissement de Paris,
Monsieur l’adjoint au maire,
Madame la porte parole,
Mesdames les dirigeantes d’entreprises, messieurs les dirigeants d’entreprises,
Mesdames messieurs.

C’est un grand plaisir d’être avec vous aujourd’hui pour remettre le prix de la diversité qui récompense l’engagement des acteurs et actrices qui œuvrent en faveur de l’égalité et de la diversité. Vous le savez les questions d’égalité et de diversité sont complexes.
Ces questions alimentent le débat public, c’est peu de le dire. C’est pourquoi je souhaite souligner l’importance que revêt cette mobilisation.

Aujourd’hui si nous nous réunissons, c’est qu’ensemble, collectivement, nous réaffirmons notre engagement pour lutter contre les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. Il s’agit d’un principe éthique et politique. Il faut constamment le rappeler.

Je crois que nous partageons la même conviction que l’égalité et la non -discrimination ne concernent plus seulement les principes et les normes juridiques mais qu’ils sont devenus de vrais outils de performance au sein de l’entreprise. Nous devons continuer de progresser pour l’égalité réelle.

Au fond, ces deux points renvoient au principe selon lequel en matière de droits, lorsque l’on cesse d’avancer, on finit par reculer. Il faut toujours avoir le souci premier de défendre les acquis, et entretenir en parallèle, l’exigence de progrès.

Ce que je retiens, c’est que nous passons progressivement vers une approche positive et pragmatique des questions d’égalité et de diversité. A travers cela, nous contribuons à construire une société inclusive et harmonieuse, une société apaisée et ouverte sur le monde. Il me semble nécessaire de souligner à quel point cela est aujourd’hui important.

Ces sujets fondamentaux ne devraient pas faire l’objet de clivage politique, parce qu’il s’agit de droits universels.
Et pourtant, de trop nombreux responsables politiques se permettent encore de renier ces droits. Lorsqu’il s’agit des droits humains fondamentaux, la France doit être en pointe du progrès. Elle doit montrer l’exemple.

Oui il faut le rappeler et mettre en perspective, notre réalité nationale avec la situation à l’échelle mondiale. L’engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes et la non-discrimination est loin d’être universel, et les violations des droits fondamentaux sont encore largement répandues.

Les discriminations, violences physiques et morales à l’encontre des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre se sont aggravées. Aujourd’hui, 76 pays dans le monde ont encore des lois réprimant les relations homosexuelles.
Personne ne peut ignorer qu’encore aujourd’hui, il est dangereux d’être homosexuel dans la plupart des pays du monde.

De son côté, le gouvernement français a adopté le 31 octobre 2012 son premier plan d’action national contre les discriminations et violences contre les personnes LGBT. L’objectif était simple : conquérir l’égalité chaque fois qu’elle fait encore défaut.

Avec la loi du 18 mai 2013 sur le mariage pour tous, la France est devenue le 9e pays européen et le 14e pays au monde à autoriser le mariage homosexuel. Cette loi a ouvert de nouveaux droits pour le mariage, l’adoption et la succession, au nom des principes d’égalité et de partage des libertés. Cette loi, nous en sommes fiers.

La lutte contre ces discriminations est une nécessité. Elle passe d’abord par le refus le plus strict des situations les plus intolérables. Ce mouvement, porté par les Etats, les organisations internationales et la société civile, ne doit pas s’arrêter, le Combat continue.

Alors ce soir, je souhaite rendre hommage à tous les lauréats, qui à travers leurs actions contribuent à faire progresser les droits des personnes LGBT, dans un contexte de montée des conservatismes et des extrémismes. Regarder en Russie, en Pologne.

Face à ce constat que nous pouvons légitimement déplorer, je veux citer Georges Sand, femme précurseure s’il en est : « Les déceptions ne tuent pas et les espérances font vivre ».
Pour ma part, ces conservatismes entretiennent ma conviction personnelle. Ils renforcent le sens de notre engagement.

Madame la porte parole, vous l’avez signalé. Il s’agit par cette 6ème distinction de clôturer un cycle, qui est probablement celui des pionniers. J’attends avec impatience vos prochaines éditions qui sont porteuses d’espérances. D’autres générations suivront grâce à votre mobilisation. Ils construiront sur vos efforts et vos réussites pour faire progresser la lutte contre les inégalités.

Nous le savons, l’égalité des droits de façon formelle a rapidement montré ses limites.

La nécessité d’agir de manière concrète sur les inégalités et les discriminations, en matière de recrutement, de promotion et de formation a conduit à la formulation du principe d’égalité de traitement, puis à celui d’égalité des chances. Aujourd’hui c’est la logique d’approche intégrée de l’égalité qui prévaut. Cette approche vise l’intégration explicite d’un objectif d’égalité à toutes les actions engagées tant au niveau de l’état que des organisations.

C’est la logique que le gouvernement poursuit dans la conférence de l’égalité, notamment dans le volet su les ressources humaines des feuilles de route de l’égalité des ministères. Mais la mobilisation des entreprises est également très forte en France.

De même aujourd’hui votre mobilisation, d’abord avec la charte, ensuite avec les prix de la diversité montre une prise de conscience de l‘importance d’assurer un environnement de travail inclusif et respectueux pour les personnes LGBT.
Finalement, on constate aujourd’hui que les objectifs sont pleinement partagés. L’égalité professionnelle hommes-femmes et le respect de la diversité rejoignent les objectifs des acteurs économiques. Elles soulignent les raisons économiques de la développer.

Elles constituent des atouts dans la perspective du recrutement de nouveaux talents et de nouveaux potentiels ou encore dans la relation clientèle ou l’image de l’entreprise dans une économie mondialisée et pluri-culturelle.
A travers vos actions et l’image de vos entreprises, c’est également l’image de la France dans le monde qui se joue. Ces prix de la diversité sont un motif de fierté et je vous en félicite.

Je vous remercie.