Discours de Pascale Boistard à l’occasion de la présentation du palmarès 2015 de féminisation des entreprises du SBF120 (8 octobre)

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Seul le prononcé fait foi

Mesdames messieurs les dirigeants d’entreprise
Madame la présidente du global summit of women, chère Irene Natividad,
Mesdames messieurs,

Pour la troisième année, nous allons remettre le prix de la féminisation des instances dirigeantes à de grandes entreprises.

Ce prix est agréable à remettre comme à recevoir. Il reflète les politiques actives des entreprises pour lutter contre les inégalités et promouvoir les femmes.

1/ Les outils de la politique d’égalité

Pour moi, il constitue un des outils pour faire advenir l’égalité réelle dans le champ professionnel entre les femmes et les hommes.

Le réseau « Entreprises pour l’égalité », qui vient de se réunir, en est un autre. Je l’ai voulu, et l’ai lancé en juin dernier. Il est une occasion pour les entreprises qui ont signé une convention avec le ministère de mesurer leurs résultats, accompagnées par le service des droits des femmes et de l’égalité. Ce réseau est aussi ouvert à toutes les entreprises intéressées par ce sujet, pour que vous puissiez partager vos expériences, vos outils, vos réussites mais aussi les pistes que vous avez dû abandonner. Je profite de cette occasion pour remercier Gisèle Szyglak qui anime ce réseau avec engagement.

La séance sur l’égalité salariale tenue en juin était passionnante, et je crois que sa prolongation dans l’atelier organisé chez L’oréal a apporté des compléments d’information très utiles aux participants. Ils pourront, je l’espère, implanter ou améliorer leur politique d’égalité salariale, pour que très rapidement, hommes et femmes ne perçoivent plus des revenus différant d’un quart.

Aujourd’hui, vous avez évoqué les stratégies utilisées dans les entreprises pour promouvoir plus également les hommes et les femmes. Les stratégies pour mieux partager les postes à responsabilités sont connues : les réseaux d’entreprises ou interentreprises, la rationalisation des méthodes de promotion, la formation professionnelle, le repérage des talents, la fixation d’objectifs de nomination comme nous le faisons dans la fonction publique. Les analyses montrent qu’en plus d’être égalitaires, ces méthodes concourent tout simplement à mieux promouvoir les personnes les plus compétentes.

Je voulais également évoquer le lancement que nous avons réalisé ce matin chez Casino de l’expérimentation permettant de transformer une partie des Comptes Epargne Temps des salariés en chèques emploi services universels. Ce dispositif, prévu par la loi du 4 août pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, peut concourir à faciliter l’articulation de la vie professionnelle et personnelle des salariés, hommes ou femmes. Le guide, concocté par l’observatoire de l’équilibre des temps de vie, en explique les modalités. Le dispositif est expérimental pour le moment, et si d’autres entreprises dans la salle souhaitent le tester, n’hésitez pas !

Enfin, je voulais évoquer la rénovation des labels égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et Diversité. Je sais que de nombreuses entreprises dans cette salle ont conquis l’un, voire les deux labels. Le service des droits des femmes et de l’égalité, avec l’aide de l’AFNOR, et en collaboration avec les ministères du travail, de la fonction publique et de la ville, a travaillé pour simplifier l’accès de ces labels. Le dossier administratif comme l’audit qui accompagne les labels égalité et diversité pourront désormais être mutualisés, pour les entreprises qui souhaitent les deux labels, qui sont complémentaires. J’espère que grâce à cette simplification, un grand nombre d’entre vous vont s’engager dans cette démarche constructive et valorisante. Je vous invite à vous rapprocher, si vous avez besoin d’informations, de l’AFNOR, mais aussi de l’association Arborus qui porte le club du label égalité et a récemment fêté ses 20 ans à l’assemblée nationale. Cristina Lunghi doit être dans la salle.

2/ Le palmares

Mais venons en au palmarès, car je vous sais impatients de le découvrir.

Ce qui est réjouissant dans les résultats globaux, qui viennent de nous être présentés par Floriane de St Pierre est la progression des femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. De fait, la date limite fixée par la loi pour atteindre la parité approche, et je vois que cette échéance est mobilisatrice.

Ce qui est moins réjouissant est que les entreprises hors du SBF 120, concernées par l’obligation de parité, sont bien plus éloignées du but. Certaines entreprises n’ont encore aucune femme dans leurs conseils, et les taux moyens inférieurs à 20% montrent que la marge de progression est encore importante.

Nous devons donc tous nous mobiliser pour que la parité devienne réelle dans les grandes entreprises dès 2017. En lien avec le ministère de l’économie et les associations de femmes que je sais très mobilisées, je compte agir dans plusieurs directions.

  • Premièrement, continuer à informer.
    • L’Association des femmes diplômées d’expertise comptable nous a aidé, lors du congrès des experts comptables qui a eu lieu la semaine dernière, à diffuser l’information auprès de leurs confrères. Car les experts comptables sont un relai d’information important auprès des entreprises. Je les en remercie, et j’en profite d’ailleurs pour les féliciter de la belle charte qu’elles ont fait signer à leur Conseil de l’Ordre, pour l’égalité professionnelle au sein des cabinets d’experts comptables.
    • Les fédérations professionnelles et les chambres de commerce et d’industrie sont également des alliés précieux dans la diffusion de cette information, et je les remercie de leur engagement.
  • Deuxièmement, accompagner
    • Un «  carrefour des mandats » organisée avec de trop nombreuses associations de femmes pour que je les cite sans en oublier une, piloté par Viviane de Beaufort, va se tenir le 19 novembre. Il vise à favoriser la rencontre d’entreprises de taille moyenne et de femmes prêtes à entrer dans des conseils d’administration, sur la base d’une démarche de professionnalisation du recrutement des conseils.
  • Troisièmement, affiner le dispositif de suivi, et peut être de sanctions, des entreprises à horizon du délai de la loi
  • Quatrièmement, réfléchir à l’extension des obligations aux sociétés par actions simplifiées, ainsi qu’aux holding. J’ai entamé sur ce point une discussion avec Emmanuel Macron.

Sur tous ces sujets, j’attends beaucoup d’un rapport pour lequel j’ai missionné le Haut Conseil à l’Egalité et le Conseil Supérieur de l’Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes et qui me sera remis à la fin de cette année.

Pour qu’en 2017, nous ayons enfin une parité économique dans les organes de gouvernance.

Mais passons au palmarès, puisque vous êtes venus – notamment – pour cela.

Comme l’an passé, les premiers prix sont consacrés aux entreprises qui atteignent les scores maximaux sur les trois critères :

  • les instances de gouvernance,
  • les instances exécutives,
  • et le volontarisme de la politique.
  1. Au titre donc du palmarès global, j’appelle la 5ème entreprise du classement : Cegina, et son président, M. Michel
    …..

J’appelle maintenant la 4ème entreprise du classement : Orange : Laurent Depont directeur de la diversité
..

J’appelle la 3ème entreprise du classement : Engie – nommé l’an passé encore, GDF Suez –  et  Mme Morin Directeur Corporate Ressources Humaines Groupe
……

J’appelle désormais la 2ème entreprise du classement, qui était déjà parmi nous l’an passé : Korian et son directeur général, M. Coléou. Je note d’ailleurs que nous nous rencontrons souvent, car après le prix reçu l’an dernier, vous étiez présent lors de la séance de lancement du réseau entreprises pour l’égalité, afin de signer une convention avec notre ministère. Ce second palmarès que vous obtenez récompense donc votre ténacité, et je vous en félicite.
……

 J’appelle enfin le lauréat de l’année, déjà lauréat l’an passé, et également signataire en juin d’une convention avec mon ministère : Sodexo et Mme Bellon-Szabo, Directrice générale Sodexo Sports et Loisirs
….

  1. En plus de ces entreprises lauréates, j’ai souhaité mettre en avant une entreprise dont le volontarisme est couronné de succès, et qui est donc l’entreprise qui a le plus progressé cette année.

La progression est lié à la fois à un plus grand nombre de femmes dans le conseil d’administration, mais également des progrès de la part des femmes dans l’encadrement. Ces progrès sont d’autant plus intéressants que le secteur de l’entreprise est peu féminisé : J’appelle Solocal group et M. Veyrier, DRH

J’ai également voulu cette année mettre l’accent sur la partie exécutive de vos entreprises. Vous l’avez vu sur les graphiques d’Ethics & Board, la féminisation des conseils d’administration progresse, certes. Mais ce qui progresse moins vite est leur accession aux postes de responsabilités : le top 100 de vos entreprises, et le comité exécutif ; c’est d’ailleurs pourquoi la séance du réseau entreprises pour l’égalité y était ce soir consacrée.

Je vais donc primer une entreprise qui a un comité exécutif parfaitement paritaire. Je tiens à préciser que l’entreprise qui avait le comité exécutif le plus féminisé est Korian, mais elle avait déjà été récompensée pour son résultat global. J’appelle donc Icade : M. Olivier Wigniolle, directeur général.

  1. Enfin, pour que des femmes accèdent au comité exécutif, il faut qu’elles soient présentes dans l’encadrement. Je vais donc primer l’entreprise dont le top 100 est paritaire. Il s’agit de Mercialys. Je précise que le groupe Casino, doublement labellisé égalité et diversité, voit donc là encore une fois couronné une politique active en matière d’égalité entre les femmes et les hommes ; J’appelle Mme Faugere, responsable marque et stratégie RSE.

Je remercie toutes ces entreprises, car la consécration de ce soir n’est que le reflet des efforts qu’elles réalisent quotidiennement pour donner une juste place aux femmes dans leur organisation.

Pour conclure notre séance, j’ai le plaisir d’accueillir une grande défenseure de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et une amie.

Elle est venue en France spécialement pour récompenser une entreprise Française, distinguée parmi l’ensemble des entreprises du monde, pour sa politique … mais je n’en dis pas plus : j’appelle Irene Natividad.