Cyberharcèlement : ce que les ministres du G7 exigent des plateformes numériques

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Paris, le 13 mai 2019 – 

Le G7 Egalité s’est conclu vendredi 10 mai par l’adoption d’une déclaration commune forte et inédite des 7 pays* exhortant les plateformes à lutter contre le cyber-harcèlement et toutes les violences sexistes et sexuelles en ligne.

Les ministres et représentants, réunis sous la présidence de Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, exigent ainsi le retrait des contenus illégaux dans des délais rapides ainsi que la mise en place de mécanismes de signalement simples et intuitifs.

« Nous, pays du G7, lançons cet appel aux plateformes pour qu’elles prennent leurs responsabilités face aux cyber-harcèlement et violences en ligne », a déclaré la Ministre.

Emma Watson, membre du Conseil consultatif pour l’égalité femmes hommes du G7,  a par ailleurs plaidé dans son discours pour que le harcèlement en ligne comme considéré comme une véritable violence.

Après avoir renforcé sa pénalisation cet été  par la condamnation du cyber-harcèlement en meute**, la Ministre avait appelé les hébergeurs et plateformes à plus de vigilance contre les contenus haineux en ligne et a notamment reçu Twitter afin de leur rappeler leurs obligations. Une proposition de loi contre la haine sur internet sera présentée en 2019.

  1. Des photographies des ministres et d’Emma Watson sont disponibles via ce lien https://we.tl/t-pQMC2sSUxx

CP – Cyberharcèlement ce que les ministres du G7 exigent des plateformes numériques 15052019


* France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, Canada, Italie

** Loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, dite « Loi Schiappa »

 

Contact presse : presse-seefh@pm.gouv.fr – (01) 42 75 62 75
55, rue Saint-Dominique – 75007 Paris