Forum Génération Egalité – 17.06.2021

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Le Secrétariat général du Forum Génération Égalité a organisé une conférence de presse le 16 juin de 11h à 12h, en présence de :

  • la Ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances Mme Elisabeth Moreno
  • le Directeur général de l’Agence française de Développement M. Rémy Rioux
  • l’Ambassadrice et Secrétaire générale du Forum Génération Égalité Mme Delphine O
  • la Haute fonctionnaire Égalité-Diversité au ministère de la Culture Mme Agnès Saal

La conférence de presse était consacrée au Forum Génération Égalité, initié par ONUa la une Femmes, co-présidé par la France et le Mexique, en partenariat avec la société civile et la jeunesse, qui sera accueilli à Paris du 30 juin au 2 juillet.

La Ministre Elisabeh Moreno est revenue sur la situation des femmes depuis la quatrième Conférence de l’ONU sur les femmes qui s’est déroulée à Pékin en 1995, qui a permis l’adoption par consensus de deux textes de portée universelle : la Déclaration de Pékin et sa plateforme d’action. « Les progrès accomplis en 26 ans ne doivent pas nous éblouir. Les droits des femmes restent fragiles et doivent être constamment consolidés. »

La crise sanitaire a eu un impact disproportionné sur les jeunes filles et les femmes, en première ligne de la réponse à la pandémie et victimes des conséquences économiques, sociales et des violences sexistes et sexuelles que le SGNU a appelé la « pandémie de l’ombre ». Dans le même temps, de nombreux États ont adopté ouvertement des positions conservatrices, prônant un retour aux valeurs dites familiales et prétextant des différences culturelles ou religieuses pour revenir sur les droits universels acquis par les textes internationaux. Dans ce contexte, la Ministre a rappelé l’urgence de prendre des engagements « solides et définitifs pour éradiquer ces injustices et ces inégalités et faire de nos sociétés des sociétés pleinement égalitaires. La cause des femmes n’est pas un combat d’arrière-garde. C’est au contraire éminemment contemporain. »

La Ministre a rappelé que le Président de la République a érigé l’égalité entre les femmes et les hommes en Grande cause du quinquennat dont la lutte contre les violences sexistes et sexuelles en constituent le premier pilier, avec le Grenelle des violences conjugales et ses 46 mesures mobilisant l’ensemble du Gouvernement. L’égalité est aussi une Grande cause mondiale que la France porte dans toutes les instances multilatérales et à travers sa diplomatie féministe.

Avec le Forum Génération Égalité, la France met en œuvre le renouveau du multilatéralisme appelé de ses vœux par le Président de la République Emmanuel Macron, un « multilatéralisme par les actes ». La Ministre a affirmé que le Forum sera un moment inédit à plusieurs égards : par les engagements concrets, novateurs et collectifs qu’il suscitera à travers les six coalitions d’action lancées à Paris et la nouvelle méthode collaborative et inclusive entre les gouvernements, la société civile et les organisations féministes, et en particulier la jeunesse qui tient une place importante, le secteur privé, les fondations et les organisations internationales. La France prendra ses responsabilités en tant que co-présidente du Forum et championne de la coalition d’action sur l’autonomie corporelle, les droits et santé sexuels et reproductifs : « L’heure est venue d’agir concrètement et durablement. À la crise sanitaire s’est ajoutée une crise de l’égalité. Les déclarations d’intention ne sont plus acceptables. »

Rémy Rioux a ancré l’action de l’Agence française de Développement dans le multilatéralisme des actes évoqué par le Président de la République et la diplomatie féministe portée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dont elle est l’opérateur. Le directeur a qualité l’AFD « d’agence féministe » dont les projets menés dans 115 pays contribuent positivement à l’égalité entre les femmes et les hommes comme un objectif stratégique de développement : « Quand les femmes sont en responsabilité et en action dans les projets, les résultats de développement sont meilleurs : l’éducation, l’accès au service essentiel et la qualité des projets ». En 2020, alors que la cible était de 40% de projets reconnus par les marqueurs genre de l’OCDE, 67,1% des projets y ont répondu, représentant 5,8 milliards d’euros annuels de la France vers le reste du monde (travail avec le docteur Mukwege en République Centrafrique, avec les banques publiques de développement, pour l’éducation des jeunes filles au Sahel). Dans un esprit de cohérence, l’AFD s’engage aussi dans son fonctionnement interne pour l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre le sexisme au travail et la parité, en passe d’être atteinte. Témoignage de cet engagement, le directeur général a annoncé que le label Égalité sera prochainement dispensé par l’AFNOR à l’agence.

L’AFD contribue à deux initiatives dans le cadre du Forum Génération Égalité : la mise en place du fonds de soutien pour les organisations féministes avec le MEAE, représentant 120 millions d’euros de 2020 à 2022 dans les pays partenaires de l’aide publique au développement française. 41 millions d’euros de projets ont déjà été réalisés en 2020, avec par exemple l’initiative Féministes en action portée par l’ONG Care. Un événement y sera consacré le 1er juillet de 17h30 à 18h30. La deuxième initiative est la coalition des banques publiques de développement constituée lors du sommet Finances en commun en novembre dernier, regroupant cinquante institutions financières publiques de développement pour s’engager derrière l’ODD5 et parvenir à l’égalité des sexes. ONU Femmes et l’AFD en assurent le co[1]secrétariat. Des annonces seront faites lors de l’événement au sein de la programmation du Forum Génération Égalité le 1er juillet prochain à 14h10 : « Les banques publiques de développement s’engagent pour l’égalité ».

L’Ambassadrice Delphine O a introduit la raison d’être du Forum Génération Égalité, vingt-six ans après la dernière conférence mondiale consacrée à l’égalité femmes-hommes : « peut-on imaginer 26 ans sans une COP pour le climat ou sans Assemblée générale des Nations unies ? Il était grand temps de rattraper ce retard pour ONU Femmes, la France et le Mexique. » L’Ambassadrice a identifié deux tendances régressives actuelles faisant redoubler l’urgence de ce nouveau rassemblement mondial. Tout d’abord, la montée en puissance des Etats conservateurs ouvertement opposés aux droits des femmes, y compris en Europe : « Il est important de réaffirmer les valeurs progressistes et humanistes de la France et de l’ONU : il y a vingt-six ans, Hillary Clinton disait à la Conférence de Pékin que « les droits des femmes sont des droits humains ». Nous devons réaffirmer aujourd’hui qu’il s’agit de droits fondamentaux et universels qui ne souffrent aucune exception. » Plus récemment, la crise de la Covid[1]19 a fait reculer les droits des femmes de 20 à 30 ans selon les chiffres de l’ONU et du Forum économique de Davos : la répartition des tâches dans le foyer, la participation des femmes à la vie économique alors que 47 millions de femmes supplémentaires sont tombées sous le seuil de pauvreté, l’augmentation de 30% des signalements de violences domestiques ou encore les 11 millions de filles qui pourraient ne plus retourner à l’école.

Le Forum Génération Égalité aura lieu à Paris du 30 juin au 2 juillet pour répondre à cette urgence. Si tous les Etats ont été invités, la prise d’engagement conditionne leur participation au Forum, contrairement au format intergouvernemental des conférences onusiennes habituelles. Ces engagements seront annoncés dans deux semaines lors du Forum de Paris : tous les acteurs devront faire une annonce concrète d’ordre financier, législatif, politique, programmatique ou de plaidoyer. Le Secrétariat du Forum a travaillé en amont avec les partenaires pour que ces annonces soient substantielles et nouvelles pour répondre à l’impératif d’efficacité du nouveau modèle de multilatéralisme promu par la France, l’ONU et ses partenaires. C’est la première fois que les ONGs ont été mises autour de la table pendant deux ans pour concevoir et prendre toutes les décisions relatives à un Forum de cette envergure, donnant toute sa légitimité au Forum Génération Égalité.

Le Forum se déroulera en deux temps : un volet présentiel que sera la cérémonie d’ouverture sous l’égide du Président de la République le 30 juin à partir de 15h30, réunissant 250 personnes du monde entier comprenant les délégations officielles des chefs d’Etat et de gouvernement (à l’instar de la Tunisie, l’Argentine, la Suède, la Finlande, le Kenya, le Canada, l’Afrique du Sud, la RDC, etc.), les institutions internationales et régionales, le secteur privé et les représentants de fondations philanthropiques comme Mélinda French Gates, mais aussi des activistes de la société civile malgré les contraintes sanitaires, à l’instar du docteur Denis Mukwege et Nadia Murad, des jeunes activistes moins de 18 ans qui se battent au Cameroun, au Brésil, en Zambie, en Turquie, en Pologne, au Zimbabwe…Durant deux jours et demi, une centaine d’événements feront participer plus de 500 intervenants du monde entier et seront diffusés sur une plateforme digitale accessible à toutes et à tous : déjà 20 000 personnes se sont inscrites.

Le Président de la République a annoncé les trois priorités de la France :

  • les droits et santé sexuels et reproductifs, en favorisant l’éducation complète à la sexualité, l’accès des femmes au planning familial et à un IVG légal, sûr et médicalisé
  • l’éducation des filles, avec une contribution fléchée de la France dans le cadre de la reconstitution du Partenariat mondial pour l’éducation
  • la protection des femmes défenseuses des droits

La France portera également des initiatives dans les domaines du Sport avec le CIO, de la Culture avec les ministères de l’Égalité femmes-hommes et de la Culture contre les stéréotypes dans les industries culturelles et créatives et dans la Santé pour promouvoir les personnels de santé féminins.

Agnès Saal a rappelé l’importance de la culture, de la communication et des médias qui « forgent les imaginaires collectifs, la puissance des mots, desimages, desspectacles pour jeter sur l’égalité un autre regard ». Le ministère de la Culture, labellisé Diversité-Égalité par l’AFNOR, s’emploie à diffuser dans l’ensemble du champ des politiques culturelles les enjeux d’égalité femmes-hommes. Avec les équipes du Secrétariat général du Forum Génération Égalité, un double travail de programmation d’événements culturels et d’initiative long terme a été mené. Concernant la programmation, des événements culturels ont été spécialement conçus pour le Forum :

  • Le documentaire « Women’s Rights are Human Rights. De Huairou à Pékin : la quatrième conférence mondiale sur les femmes » réalisé par Anaïs Feyeux commémore la Conférence de Pékin en donnant la parole à des vétéranes. Une projection aura lieu à la Cité audacieuse, suivie d’un débat le mercredi 23 juin à 18h30.
  • Le numéro spécial « Corps des femmes en migration » de la revue « Hommes et migrations », renommée pour l’occasion « Femmes et migrations », du musée national de l’histoire de l’immigration a été réalisé en collaboration avec le Forum et sera présenté le samedi 26 juin à 16h lors du salon littéraire LittExil. Le mercredi 23 juin à partir de 18h, un cycle de rencontres “sœurs migrantes” sera organisé sur la terrasse au Palais de la Porte Dorée.
  • L’Exposition « Be AWARE. A History of women Artists » présentée par l’association AWARE à la Bibliothèque nationale François Mitterrand du 15 juin au 4 juillet 2021, promeut les femmes artistes aux XXe et XXIe siècles pour rappeler la part des femmes dans l’art qui a été ignorée. Un vernissage aura lieu le 17 juin à 18h à la BnF, sur invitation.
  • La série « Un jour, l’égalité ! », une collection de 20 films, a été produite par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) autour de 20 femmes qui, partout dans le monde, agissent pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Les films sont diffusés tous les jours sur TMC après l’émission Quotidien.
  • La Grande fresque murale de l’artiste de street art espagnole Lula Goce sera réalisée à partir du 22 juin au 3 rue Caulaincourt, Paris 18e (façade de l’hôtel Mercure Montmartre). Elle sera inaugurée le 29 juin avec Street Art for Mankind, la mairie de Paris, Accor et tous les partenaires la veille de l’ouverture du Forum. Une première fresque a été réalisée lors de l’ouverture du Forum à Mexico par l’artiste Adry del Rocio.

D’autres projets de la scène culturelle nationale sont entrés en résonance avec les enjeux du Forum et ont été labellisés :

  • L’exposition « Elles font l’abstraction » au Centre Pompidou à Paris
  • L’exposition « Divas, D’Oum Kalthoum à Dalida », à l’Institut du Monde arabe
  • L’exposition virtuelle de bandes dessinées « Vivantes, nous nous voulons ! », créée par Albertoprod

Au-delà, pour s’inscrire dans le long terme, une charte des industries culturelles et créatives a été rédigée autour de dix propositions concrètes pour l’égalité entre les femmes et les hommes, à la fois au sein des équipes des structures privées et publiques signataires et dans leurs contenus culturels. Elle suppose que les signataires s’engagent concrètement et précisément pour faire progresser l’égalité dans leur secteur d’activité au cours des cinq prochaines années.

Elle sera présentée le 2 juillet à 11h en ligne par la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot et la Ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno. « Le volontarisme et la détermination sont payants : l’engagement sur des objectifs tangibles garantit l’effectivité des résultats. »

 

CP – Forum Génération Egalité – 17.06.2021

 

Pour plus d’informations : https://forumgenerationegalite.fr

Inscriptions : https://registration.forumgenerationegalite.fr/fr/participant/steps/step1.htm

Inscriptions presse : https://media.forumgenerationegalite.fr/fr/media/steps/step1.htm

Contact presse au sein du Secretariat général du Forum : margaux.bonnet@diplomatie.gouv.f