CP – Plan de continuité du 3919 et autres dispositifs numériques pendant le confinement

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le 19 mars 2020

PLAN DE CONTINUITÉ DU 3919 ET AUTRES DISPOSITIFS NUMÉRIQUES PENDANT
LE CONFINEMENT

La Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte
contre les discriminations déploie un plan pour protéger les victimes de violences
conjugales, annoncé et mis en place dès lundi 16, pendant la période de confinement.

Le 3919 connait une forte baisse du volume d’appels depuis le début du confinement avec
100 appels par jour contre 400 habituellement avant et 1600 depuis le Grenelle des
Violences Conjugales. C’est une baisse considérable que l’on observe aussi dans les
autres pays européens confinés avec lesquels la Secrétaire d’Etat a échangé. Une baisse
du volume d’appels ne signifie probablement pas une baisse des violences conjugales,
loin de là: la crise crée au contraire un terreau propice aux violences.

C’est pourquoi, en lien avec Orange prestataire de la plateforme, les écoutantes du 3919
confinées se voient attribuer un téléphone portable adéquat et du matériel informatique
afin de mettre en place une écoute à distance. Le transfert technique des lignes est en
cours.

La Secrétaire d’Etat comme la Fédération nationale solidarité femmes, association
gestionnaire du 3919, tiennent à préserver les conditions de travail des écoutantes y
compris psychologiquement. Les horaires de travail seront donc limitées strictement par
jour et par écoutante. Une aide psychologique à distance sera mise en place.
Nous souhaitons ouvrir le 3919 de 9h à 19h du lundi au samedi pour les semaines à venir.

La Secrétaire d’Etat et la FNSF rappellent que le 3919 est un numéro d’écoute et
d’accompagnement essentiel mais en aucun cas un numéro d’urgence. En cas d’urgence,
il convient de faire le 17.

La plateforme https://arretonslesviolences.gouv.fr, mise en place par le gouvernement, reste
active 24/7j et permet de dialoguer avec des forces de l’ordre formées aux violences
sexistes et sexuelles de manière anonyme et sécurisée. Pour rappel, celle-ci a donné lieu
à plus de 7 000 échanges et 2 000 enquêtes. Chacun peut diriger les victimes de violences
conjugales vers cette plateforme plus adaptée à la période.
Ces mesures ne remettent aucunement en cause l’objectif d’ouverture 24heures/24 du
3919 dont le travail sur le marché public se poursuit.

« Les écoutantes du 3919 sont des êtres humains et non des machines, beaucoup sont
confinées avec leurs enfants. Il est de notre responsabilité de les préserver elles aussi.
Répondre toute la journée à des situations de violences conjugales lorsque soi-même on
est en situation de confinement et avec un ou plusieurs enfants à la maison est loin d’être
optimal. Avec la FNSF, nous décidons en responsabilité en de faire vérifier d’abord si elles
disposent de ce temps nécessaire, d’une pièce sans leurs enfants lors de ce temps de
travail pour les protéger des conversations entendues; et de la capacité à gérer ces appels
dans ces circonstances. La pandémie et, dans ce cas, le confinement est une épreuve
globale partagée qui vient percuter l’histoire personnelle de chacune, nous devons
respecter cela. Nous avons donc trouvé des solutions répondant à ce stade aux différentes
contraintes. », déclare la Ministre.

« La FNSF relève actuellement les ressources ouvertes dans l’ensemble de son réseau
en matière d’accueil et d’écoute et s’organise au maximum pour que la ligne soit
accessible le plus rapidement possible », indique Françoise Brié, directrice du 3919.

Le Secrétariat d’Etat et la FNSF font ensemble des points réguliers afin de surveiller
l’évolution de la situation et de faire évoluer les dispositifs si besoin.