Rapport du groupe de travail “verbalisation du harcèlement de rue”

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Depuis environ cinq ans, la prise de conscience de l’ampleur du phénomène de « harcèlement de rue » s’est accrue en France, favorisée par sa plus grande médiatisation via notamment des documentaires tels celui de l’étudiante belge Sofie Peteers « Femmes de la rue », la création d’associations sensibilisant sur ce sujet ou de collectifs, le lancement de plateformes de témoignages, les pétitions et divers débats publics.

À cet égard, la pétition par les habitantes de la Chapelle-Pajol à Paris, intitulée « Les femmes, une espèce en voie de disparition au coeur de Paris » dont la presse s’est largement faite l’écho en mai 2017, témoigne d’une confiscation de l’espace public par des hommes au détriment des femmes qui n’ont plus droit de cité (trottoirs, stations de métro, squares, terrasses…).

Dans ce contexte, la Secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes a annoncé, le 19 septembre 2017, la constitution d’un groupe de travail sur la « verbalisation du harcèlement de rue », composé de députés des groupes La République en Marche, Modem, Nouvelle gauche et UDI, Agir et Indépendants.

Le 28 février, le groupe de travail a présenté son rapport à la Secrétaire d’Etat.

  • Consulter le rapport :

Rapport du groupe de travail “verbalisation du harcèlement de rue”