Marlène Schiappa présente ses priorités en conseil des ministres

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a présenté ses priorités en Conseil des ministres ce mercredi 19 juillet. Déclarée grande cause nationale du quinquennat, l’égalité entre les femmes et les hommes nécessite l’engagement de tous, sur tout le territoire. En mobilisant l’ensemble du gouvernement, la Ministre propose d’agir sur 3 volets principaux : les violences sexistes et sexuelles, l’égalité au travail et l’exemplarité de l’Etat.

Des inégalités persistantes

Depuis plus d’un demi-siècle, les droits des femmes ont progressé grâce à un arsenal législatif et réglementaire constamment renforcé. En dépit de ces avancées, les inégalités entre les femmes et les hommes persistent : les femmes souffrent encore d’inégalités de genre, tant sur la place publique que dans le cadre professionnel.

 

« Notre pire ennemi est le mythe de l’égalité déjà acquise, affirme la Ministre, la loi a changé, maintenant la vie doit changer ».

Dans cet objectif, elle a présenté au Conseil les 3 champs d’intervention qui seront au cœur de son action :

  • Lutter contre toutes les formes d’agissements et de violences sexistes et sexuelles
  • Promouvoir l’égalité professionnelle et permettre une meilleure conciliation des temps de vie
  • Un État exemplaire grâce à l’efficacité de politiques ministérielles et interministérielles en faveur de l’égalité

Un chantier interministériel

Ces différents champs d’intervention relèvent, pour bon nombre d’entre eux, d’un périmètre interministériel, qu’il s’agisse des actions en lien avec les libertés dans l’espace public ou de l’égalité professionnelle.  L’engagement des ministères à cette cause nationale est la condition sine qua none de sa réussite et c’est d’ailleurs pour garantir une mobilisation générale que la  politique publique d’égalité entre les femmes et les hommes a été rattachée à Matignon.

Avec cette première étape de dialogue en Conseil des ministres, Marlène Schiappa a pour objectif d’ouvrir une discussion collective sur ces thèmes. Chaque ministre est également invité à faire des propositions dans son domaine de compétence. La République doit garantir l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

Quelques propositions concrètes  (liste non exhaustive)

Liberté dans l’espace public et la vie personnelle

  • Créer une infraction relative au harcèlement dans l’espace public ;
  • Allonger à trente ans le délai de prescription applicable aux crimes sexuels commis sur mineurs ;
  • Inclure dans la formation des jeunes du service civique et national une journée dédiée à l’égalité femmes/hommes.

Egalité au travail

  • La diffusion d’une plaquette « droits des femmes enceintes au travail » pour faire respecter les droits des femmes dans le monde du travail ;
  • La mise en place d’une « formation aux bonnes pratiques d’égalité » pour les entreprises les moins respectueuses de leurs engagements en ce domaine ;
  • La transparence sur l’attribution des places de crèche ;
  • L’amélioration du congé maternité pour plus d’équité ;
  • La reconnaissance en validation des acquis de l’expérience (VAE) des compétences acquises par les mères et pères au foyer sans emploi.

Exemplarité de l’Etat

  • La poursuite de la démarche de labellisation « égalité » dans les ministères ;
  • La relance du réseau des hauts fonctionnaires à l’égalité des droits ;
  • La mise en place d’une mission parlementaire pour garantir des « budgets intégrant l’égalité entre les femmes et les hommes » comme le font déjà plusieurs pays européens ;
  • L’organisation d’un séminaire gouvernemental de réflexion sur la conciliation vie privée / vie professionnelle au sein de l’administration.

Un tour de France pour dresser un état des lieux et faire des propositions

Les propositions présentées en conseil des ministres seront, le cas échéant, enrichies lors du « Tour de France de l’égalité (nom provisoire), qui parcourra cet automne les 18 régions métropolitaines et ultra-marines. Grâce à la désignation d’un ambassadeur dans chaque région, les besoins et les souhaits des femmes pourront être collectés, les bonnes pratiques sur tout le territoire pourront être partagées.

 « Nous devons agir ensemble à la source de toutes ces formes d’inégalités et de violences, dans tous les champs où la sécurité, la dignité, la liberté des femmes doivent être garanties. C’est une révolution culturelle qu’il est urgent d’engager. »

 

Marlène Schiappa